Skip to content

Falanga rejoint l’internationale fasciste de Poutine et Assad

2014/06/07

Le blogueur Anton Shekhovtsov dénonce les liens entre l’extrême droite fasciste polonaise Falanga et les « séparatistes » pro-poutine dans le Donbass ukrainien. Autour des événements rapportés dans le billet suivant, apparaissent des agents européens de l’axe d’Assad et Poutine (et Kadhafi) qu’a rencontré Bartosz Bekier, leader de Falanga

(6 June 2014: Polish fascists are joining with pro-Russian right-wing extremists)

Les fascistes polonais se joignent aux extrémistes de droite pro-russes

Le mouvement d’extrême droite pro-russe de l’oblast de Donetsk est désormais soutenu par un groupe fasciste polonais appelé « Falanga« . Ce n’est pas la première organisation d’extrême droite polonaise qui tente de saper la démocratie en Ukraine – au début de Février, [le parti] hongrois Jobbik et le polonais Ruch Narodowy (Mouvement national) ont essayé de promouvoir le séparatisme pro-hongrois et pro-polonais dans les régions occidentales de l’Ukraine.

Avec Falanga, la situation est un peu différente, mais il y a peu de doute que Falanga soutiendrait la disparition de l’Ukraine et le rattachement de la Galice à la Pologne.

Sous la direction de Bartosz Bekier, Falanga prend parti au vaste mouvement de radicalisation d’extrême droite, partiellement coordonné, et pan-européen, qui en particulier et ouvertement soutient les politiques et les idées anti-occidentales du Kremlin.

Falanga-Warsaw-march

Falanga en marche; Bartosz Bekier est l’homme à gauche. Varsovie 2011.

bekier-donetsk

Bartosz Bekier à Donetsk, en mai 2014.

Bekier est étudiant en sciences politiques à l’Université Cardinal Stefan Wyszynski à Varsovie. Avant de devenir le leader de Falanga, il a été membre de l’extrême droite Oboz Narodowo Radykalny (Camp Radical National) en Mazovie, mais a été expulsé de l’organisation. Ses vues sont considérées bizarres pour la plupart dans l’extrême droite polonaise, car il a coopéré avec les maoïstes (Rewolucyjną Lewice Komunistyczną [communiste révolutionnaire de Gauche]), nationaliste-bolcheviques et eurasistes. (Les liens entre le fascisme, le maoïsme et le national-bolchevisme en tant que tels, n’ont rien d’étrange évidemment, si l’on considère des organisations comme le Parti Communautaire Européen ou Jeune Europe, ou des personnalités extrémistes de droite individuelles telles que Claudio Mutti).

Bekier a voyagé à Donetsk en mai 2014; il a prononcé un discours lors d’une réunion pro-russe condamnant l’OTAN et le gouvernement « pro-atlantiste» en Pologne, et a interviewé Denis Pushilin, le Président auto-proclamé du Soviet suprême de la soi-disant «République Populaire de Donetsk », pour le site de Falanga: xportal.pl. Il a également été signalé que quelques militants de Falanga allaient rester à Donetsk pour lutter contre les forces ukrainiennes.

pushilin-bekier

Bekier rencontre Pushilin, à Donetsk, mai 2014.

bekier-pushilin

Bekier et Pushilin, à Donetsk, en mai 2014.

falanga-donetsk

Les militants et les terroristes présumés Falanga d’extrême droite pro-russes à Donetsk, en mai 2014.

En Pologne, Bekier est également connu – de même que d’autres européens d’extrême droite – comme un partisan brutal de la dictature de Bachar al-Assad. Le 26 Août 2012, la Falanga de Bekier, ainsi que deux autres groupes d’extrême droite polonaise – l’ultra-catholique Młodzież Wszechpolska (Toute la jeunesse polonaise) et le slave païen Niklot – ont organisé un rassemblement en soutien à al-Assad en face de l’ambassade de Syrie à Varsovie.

En Juin 2013, Bekier a pris part à une délégation de plusieurs extrémistes européens de droite invités en Syrie (et au Liban) pour exprimer leur soutien au régime d’Al-Assad. Le voyage a été vraisemblablement commandité par le gouvernement syrien, et j’ai identifié les personnes suivantes qui ont participé à cette délégation d’extrême droite [pro-Assad] (la liste est incomplète, j’apprécierai d’éventuels ajouts et vérifications):

Bartosz Bekier, leader de Falanga, Pologne.

Frank Creyelman, l’un des leaders du Vlaams Belang, Belgique.

Filip Dewinter, l’un des leaders du Vlaams Belang, Belgique.

Nick Griffin, chef du British National Party, Royaume-Uni.

Roberto Fiore, chef de Forza Nuova (Force nouvelle), Italie.

Luc Michel, chef du Parti Communautaire National-Européen et fondateur de l’OEDE [Eurasian Observatory for Democracy & Elections], Belgique.

Mateusz Piskorski, ancien membre du Niklot, membre de la Samooborona (Autodéfense), Pologne.

syria-delegation-02

Une réunion avec le Premier ministre syrien Wael Nader al-Halqi. Sur la gauche vous pouvez voir Mateusz Piskorski, sur la droite – Filip Dewinter, Frank Creyelman, Luc Michel, et Bartosz Bekier. Damas, Juin 2013.

syria-delegation-01

En regardant plus près sur la droite: Filip Dewinter, Frank Creyelman, Luc Michel, et Bartosz Bekier. Damas, Juin 2013.

bekier-al-Halqi

Le premier ministre syrien Wael Nader al-Halqi (au centre) et Bartosz Bekier. Damas, Juin 2013.

al-Halqi-michel

Premier ministre syrien Wael Nader al-Halqi et Luc Michel. Damas, Juin 2013.

al-Halqi-griffin

Premier ministre syrien Wael Nader al-Halqi et Nick Griffin. Damas, Juin 2013

fiore-Al-Zoubi

Roberto Fiore (à gauche) et le ministre syrien de l’Information Omran al-Zoubi (au centre). Damas, Juin 2013.

falanga-hezbollah

Bartosz Bekier (deuxième à partir de la gauche) avec les combattants du Hezbollah. Liban, Juin 2013.

Bekier a probablement été rapporté à la Syrie par son «camarade plus âgé » Mateusz Piskorski, et, le 6 Septembre 2013, ils ont tous deux pris part à la manifestation pro-Assad organisé par Falanga devant l’ambassade américaine à Varsovie.

bekier-piskorski

Bartosz Bekier (à gauche) et Mateusz Piskorski (à droite).

Ce qu’il faut retenir du voyage syrien – et les lecteurs réguliers de ce blog l’ont probablement déjà compris – est que certains membres de la délégation d’extrême droite en Syrie étaient « observateurs » au « référendum » illégitime de la République autonome de Crimée, en Mars 2014. Pour rappel, la mission de Crimée a été organisée par Luc Michel, le néo-nazi Belge de l’Observatoire de l’eurasisme pour la démocratie et les élections et comprenait, entre autres, Frank Creyelman et Mateusz Piskorski.

A présent, il devient évident que la participation de Bekier dans le mouvement extrémiste de droite pro-russe dans l’oblast de Donetsk n’a rien d’un développement accidentel, ni isolé. Au contraire, elle doit être examinée dans le contexte de coopération croissante entre la Russie de Poutine et l’extrême droite européenne.

.

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :