Skip to content

L’extrême droite européenne aime Assad

2013/07/08

Courrier international n°1182:

LextremeDroiteEuropeenneAimeAssad

743px-Nop-logo.svgLogo de Falanga:

SYRIE • ­De “vrais Polonais” sous le charme d’Assad

Invitée par le régime, une délégation de l’extrême droite polonaise s’est rendue en Syrie. Ambiance.

Gazeta Wyborcza | Lukasz Loznicki | 27 juin 2013

Ils ont participé aux interrogatoires de rebelles arrêtés par le régime. Ils ont publié leurs photos avec le commentaire : “Les rebelles doivent s’attendre à ce que leur vie soit dure ces prochains jours, mais on ne les fera pas souffrir longtemps.”

Dans un JT diffusé le 13 juin sur la chaîne Al-Ekhbaria [télévision privée syrienne prorégime], un groupe d’hommes en costume noir se rend chez le grand mufti de la Syrie, Ahmad Badreddine Hassoun [prorégime]. Parmi eux, six nationalistes polonais, membres de Falanga, une organisation d’extrême droite.

Ils étaient là à l’invitation du Parlement syrien. Selon la télévision locale, c’était une “délégation européenne des médias et des politiques”. “Les Européens ne veulent pas croire les mensonges sur la guerre en Syrie. Ils vont porter la vérité à leurs peuples”, dit la speakerine. Le message est clair : Assad n’est pas responsable de cette guerre civile. Il ne fait que se défendre face aux terroristes islamistes.

“La délégation a constaté que Damas vit à un rythme paisible”, conclut la journaliste. “On mène une vie sociale normale”, confirme en arabe Marcin Domagala, membre de la dé­légation, qui, en son temps, rédigeait le bulletin du parti populiste polonais Autodéfense.

“N’avez-vous pas eu l’impression d’être une marionnette dans un spectacle de propagande ?” demandons-nous à Domagala. “Nous sommes conscients que la visite avait une dimension de propagande. Ce qui ne signifie pas qu’on a subi un lavage de cerveau”, répond-il.

Pourtant, les nationalistes polonais n’ont pas caché pas leur ravissement. Le chef de Falanga, Bartosz Bekier, a fait publier un compte rendu de la visite sur le site de l’organisation. Il l’a illustré avec des photos prises lors de la rencontre avec le chef de la diplomatie syrienne, Fayçal Mokdad, et le Premier ministre, Wael Al-Halki.

“Les nationalistes polonais forment un mur derrière la Syrie indépendante, qui est à deux doigts de la victoire finale”, a écrit Bekier. Selon Falanga, les “commanditaires des terroristes” sont “américains, sionistes et saoudiens”. Pour Bekier, “le lecteur polonais est bombardé d’informations favorables à la version des Etats-Unis et de l’Otan, qui abonde en demi-vérités et mensonges. La grande majorité des Syriens soutient le gouvernement.”

“Comment peut se sentir un invité du régime qui utilise les enfants comme boucliers humains ?” demandons-nous. “C’est le prix à payer dans un conflit brutal. Les deux côtés commettent des crimes.”

Lukasz Loznicki & Marta Urzedowska

/

.

Le régime syrien a invité de nombreuses délégations étrangères, et de nombreux représentants des extrême droites européennes. En août 2011, 200 personnalités étrangères, dont des journalistes ont été invités par l’organisation Syria is Fine. En octobre 2011, le grand Mufti de Syrie Ahmad Baddredine Hassoun recevait les propagandistes Webster Tarpley et Marc George (ancien du FN et proche de Dieudonné). Un représentant du parti communiste russe, Alexei Ivashev rencontrait Assad, et la galaxie antisioniste française était reçue par le régime syrien en 2006. En 1994, Frédéric Chatillon, à l’époque du Gud était reçu à Damas, en 2012 il était conseiller de Marine Le Pen.

.

Advertisements
3 commentaires
  1. Une certaine gauche radicale aussi. Je pense au PRCF.

    • Et à l’URCF… Mais peut-on encore parler de « gauche » même radicale concernant ces gens là? En fait ils sont contre révolutionnaires (contre le progrès social=pas de gauche), contre la redistribution des richesses nationales piratées en Iran, Syrie et Libye par Kadhafi, sans parler des autres alliés, accrochés à leur pouvoir et leur financements.
      Non non ces gens ne sont pas la gauche radicale, ce sont des ultra conservateurs motivés par un racisme contre les anglo saxons. Exemple: pendant le défilé du 1er mai à Paris, syriens et iraniens étaient ensembles contre leur régimes (pour la liberté et la dignité), un cortège de l’URCF/PRCF les dépasse et scande: « les américains, vous êtes manipulés! ». La mécanique (réflexion ) est conspirationniste, mais le mobile est bien une forme de racisme contre les cultures anglo saxonnes et ce qu’on imagine qu’elles représentent.
      Une autre tendance de la « gauche » non radicale, internationale, non conspirationniste, non propagandiste, qui ne soutien pas les dictatures, croie néanmoins à la désinformation par d’autres motivations racistes: l’islamophobie entretenue depuis avril 2011. Avant cette date, cette même propagande affichait ouvertement son soutien aux frère musulmans en Tunisie et Égypte, et avant 2011, aux talibans et autres Boko Haram and co… Une opposante iranienne de longue date que je ne cite pas ici avait connu Michel Colon avant son allégeance au Régime iranien et autres dictateurs, elle dit que depuis il est devenu « un propagandiste islamiste » en référence à la nature théocratique et prosélyte du Régime iranien.
      Ce qui ne change pas depuis les origines de la propagande: ce sont les provocateurs, invités et entretenus d’ailleurs par les systèmes de propagande de l’axe KGB (et ses petits: Assad, Iran, Hezbollah etc). Ces diffuseurs fachos sont les plus radicaux et les plus actifs, ils tous issus des mouvements d’extrême droite les plus radicaux qui sont en fin de compte les intermédiaires directs entre propagandes des dictatures et grand public: y compris de gauche, y compris laïcs ou islamistes, même si ces derniers sont solidaires envers les révolutionnaires syriens et libyens jusqu’à la chute de la dictature (exemple en Libye où ils se sont retournés contre la révolution depuis). Nous connaissons ces radicaux blancs (Europe, Amérique, Russie etc) qu’on nomme « extreme droites » mais ils existent aussi dans les autres sphères culturelles: musulmane, arabe, et probablement ailleurs. On a constaté récemment les appels du pied lancés par la propagande d’Assad aux conservateurs israéliens, alors qu’elle séduit depuis quelques années l’extrême gauche israélienne avec d’autres discours (islamophobie pour les premiers, antisioniste pour les seconds). Le transfuge Youri Bezmenov évoquait la radicalisation des nationalismes au Bangladesh Desh, et ailleurs. On connait l’exemple des « milices » du Hezbollah vénézuélien, de RussiaToday en espagnol et arabe… Les mondes turcs et AfPak ne sont pas en reste, pareil sur le continent africain: l’exemple des miliciens iraniens d’Al Quds arrêtés au Nigeria pendant qu’ils transféraient des containers d’armes, fin 2010…

    • Tom permalink

      Rien d’étonnant puisque le PRCF eu comme fondatrice Annie Lacroix-Riz. Toujours les mêmes en somme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :