Skip to content

Syrie: Arrestation d’Ali Mahmoud Othman, les yeux de Baba Amr

2012/04/08

La pétition pour la libération d’Ali Mahmoud Othman ne compte que 120 signatures depuis une semaine:

.

Le Monde, dimanche 8 et lundi 9 avril 2012, par Christophe Ayad:

Inquiétudes sur le sort du journaliste-citoyen Ali Othman, arrêté le 1er avril:

Avant le début de la révolution syrienne, Ali Othman était un simple vendeur de légumes a Homs. Mais au fil des mois, il est devenu l’un de ces journalistes-citoyens qui filment les manifestants et les exactions des forces de sécurité afin de faire passer des images a l’étranger a travers des réseaux militants.

Ali Othman est devenu une figure du petit  » bureau de presse » improvise de Baba Amro, le principal quartier insurge de Homs. On le surnommait « al-jedd », le grand père en arabe a cause du collier de barbe qui vieillissait un peu cet homme de 33 ans.

Ali Othman a donne des interviews, en direct et a visage decouvert, a plusieurs chaines de télévision internationales, décrivant le calvaire de Homs au monde entier. Il a aide et accompagne plusieurs journalistes dans leurs reportages clandestins a Homs. Il a assiste une équipe d’i-Télé ainsi que Manon Loizeau, dont le reportage,  » Syrie interdite », a été diffusé a l’automne 2011 dans  » Envoyé spécial », sur France2.

Syrie interdite”, lien vers les vidéos du reportage de Manon Loizeau.

Quelques mois plus tard, Ali Othman a joue un rôle important dans les heures et les jours dramatiques qui ont suivi la mort de deux journalistes occidentaux, l’Americaine Marie Colvin et le Français Rémi Ochlik, tues lors du bombardement du  » bureau de presse » de Baba Amro, le 22 février 2012.

La journaliste Edith Bouvier, blessée dans l’attaque, raconte dans Le Figaro:  » Quand les obus sont tombes sur la maison, tuant Remi et Marie Colvin, me blessant à la jambe ainsi que Paul Conroy du Sunday Times, il a contribue a nous sortir de ce piège et nous a accompagnes a l’hôpital pour y recevoir les premiers soins. Présents tout au long de notre séjour dans le quartier meurtri et ravage, Ali Othman a joue un rôle clé dans notre exfiltration de BabaAmro, prenant de grands risques pour nous sauver la vie. »

Aujourd’hui, c’est la vie d’Ali Othman qui est en danger. Selon des militants de Baba Amro, il a été arrête, dimanche 1er avril dans la ville d’Alep, ou il s’etaitrefugie dans la clandestinité. Depuis la chute de Baba Amro, le 1er mars, la plupart des activistes ainsi que les combattants de l’armée syrienne libre (ASL) se sont éparpilles dans la nature.

Une autre journaliste citoyenne et militante humanitaire de Homs, Noura Al-Jizawi, avait été arrêtée, le 28 mars, a Damas en possession de cameras et de vidéos. Peut être cette arrestation a-t-elle conduit a celle d’Othman.

Dans un communiqué les révolutionnaires de Homs disent craindre d’être soumis « aux pires tortures » lors de leur arrestation, afin de leur arracher des renseignements. Lors de conversations par Skype en février avec la journaliste Sofia Amara, qu’il avait rencontre a plusieurs reprises a Homs, Ali Othman disait, selon elle: « si le régime l’attrape vivant, il va refaire la peau a cause de mes activités, il va aussi m’accuser de collusion avec un pays hostile [la France] Ne m’oubliez pas si cela arrive. »

Le ministère des affaires étrangères français a condamne, lundi 2 avril,  » avec la plus grande fermeté cette arrestation  » et a demande la  » libération immédiate » de M. Othman.  » Selon des informations très préoccupantes (…), son état de santé serait inquiétant et sa vie rait en danger », a ajoute le porte-parole du Quai d’Orsay ».

/

.

Le billet suivant fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12. Par Leila Nachawati Rego · Traduction par Suzanne Lehn, publiée le 3 Avril 2012:

Syrie : Ali Mahmoud Othman, les “Yeux de Baba Amr”, arrêté

Le vidéo-activiste Ali Mahmoud Othman, chef du bureau de presse de Bab Amr, a été capturé par les autorités syriennes. Ses amis et collègues le croient soumis à une torture impitoyable. Sa détention met en danger tous les militants du bureau et est un coup très sévère au journalisme citoyen en Syrie.

Othman, à l’origine un marchand de légumes, documentait l’agitation à Homs depuis les débuts de la révolution syrienne. Il était indispensable dans l’assistance à ceux qui couvraient les combats depuis Baba Amr, aidait à évacuer les journalistes étrangers hors du quartier. Il avait décidé de demeurer à Baba Amr même après la reconquête du quartier par l’armée syrienne à la suite de trois mois de bombardements.

Selon Mónica G.Prieto, correspondante du site d’information espagnol Periodismo Humano, “il ne voulait pas partir tant qu’il resterait un seul individu dans le quartier, il refusait toutes les propositions de partir”.

20120408-105720.jpg
Ali Mahmoud Othman à Baba Amr, Homs. Source photo : Baba Amro News

La vidéo ci-après montre Othman, affectueusement appelé les “yeux de Baba Amr,” parler au monde des souffrances de la population de Baba Amr. Il s’adresse à la caméra sans s’inquiéter d’être identifié, convaincu que son message serait plus fiable et atteindrait une audience plus large s’il se montrait à visage découvert :

[باباعمرو تقرير عن الدمار 2 2 2012
Publiée le 2 févr. 2012 par live19820]

Les révolutionnaires ont créé une page Facebook pour partager les nouvelles sur sa localisation et réclamer sa remise en liberté. Le Committee to Protect Journalists a pour sa part appelé les autorités syriennes à libérer immédiatement Othman et tous les journalistes retenus à cause de leur travail :

Les journalistes citoyens syriens documentent le soulèvement au péril de leurs vies. Le régime doit mettre fin à sa campagne pour les intimider et réduire au silence le récit de sa brutale répression.

Sa détention a retenu l’attention des médias généraux et des personnalités politiques de différents pays. Le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague a demandé sa remise en liberté :

J’appelle les autorité syriennes à relâcher immédiatement M. Othman et les autres prisonniers politiques. Le régime syrien sera tenu responsable de la sécurité de M. Othman et de son traitement et je soulèverai l’affaire à Istanbul à la réunion des Amis de la Syrie.

Le Sénateur américain John McCain a tweeté :

Ai appris que le journaliste syrien Ali Mahmoud Othman est retenu & torturé par les forces d’Assad – le monde doit appeler à sa remise en liberté

La détention d’Othman a été amplement rapportée sur Twitter, principalement sous le mot-clé #freeothman (libérez Othman). Les internautes ont aussi lancé une pétition pour exiger sa remise en liberté.

La journaliste Randa Habib a attiré l’attention sur le danger où se trouvent Othman et la militante Noura Aljiwazi, disparue à Damas le même jour :

Les figures de la résistance en #Syria Ali Mahmoud Othman & l’activiste, arrêtés, leur vie en danger : Reporters Sans Frontières (RSF)

Six jours après l’arrestation d’Othman, des amis ont publié ce message sur Facebook :

C’est la 6e nuit sans la voix d’Ali et ses paroles chaleureuses. La 6e nuit qu’Ali dort les mains liées, épuisé par la torture. C’est la 6e nuit et le nom d’Ali est allé aussi loin que l’Australie, les gens réclament sa liberté. La 6e nuit que la révolution n’a pas d’Ali. Un des héros de Baba Amr, maintenant un héros de la révolution. Ses bonnes actions rappelées journellement par ceux qu’il a sauvés des blessures, journalistes, amis et famille. Liberté pour Ali Othman, un des hommes les plus courageux qui existent.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :