Skip to content

Ahmadinejad reçu en « frère » à Caracas le 9 janvier 2012 puis à Cuba.

2012/01/22

Dernières nouvelles du front pseudo-antiimpérialiste pour nos amis chavezolâtres:

Hugo Chavez, un bouffon catalyseur d’opinions qui sert à entretenir l’impérialisme de ses allies au Liban et en Syrie. Il sert essentiellement à donner une [fausse] caution « de gauche » aux collaborateurs des dictatures: les Chavezolâtres de toutes nationalités qui traduisent et diffusent avec zèle dans toutes les langues la désinformation criminelle de ces dictatures.

Au printemps 2011, des libyens s’indignaient que des mercenaires colombiennes (supposées des FARCs, amis de Chavez, ami de Kadhafi) aient été aperçu parmi les snippers qui tiraient sur les manifestants à Misrata:  » Des sources rebelles expliquent que les Colombiennes font parties d’une force plus large de snipers, tirant depuis des positions privilégiées au sommet d’immeubles de Misrata (photo ci-contre), ville située à 200km de Tripoli et encore partiellement sous le contrôle des insurgés. Ces femmes snipers « tirent pour tuer » rapporte un médecin qui a constaté, sur des victimes, des blessures à la tête, au cou ou à la poitrine. Les mercenaires seraient payés jusqu’à 1000$ par jour. »

Female Colombian snipers suspected of belonging to the Marxist guerilla group FARC are fighting as mercenaries defending Colonel Muammar Gaddafi in Libya, according to rebel forces. Female Colombian snipers ‘fighting to defend Col Gaddafi in Libya’

 » Female Colombian snipers suspected of belonging to the Marxist guerilla group FARC are fighting as mercenaries defending Colonel Muammar Gaddafi in Libya, according to rebel forces.

Mercenaries fighting for Col Gaddafi’s regime are reportedly being paid up to $1,000 a day Photo: REX
Robin YappBy , Sao Paulo

7:11PM BST 14 Apr 2011

Prisoners loyal to Col Gaddafi and eyewitnesses in Misurata, the largest city in western Libya partially under rebel control, have given accounts of highly-trained women snipers from the South American country operating in the area.

Mercenaries fighting for Col Gaddafi’s regime are reportedly being paid up to $1,000 a day.

None of the Colombians have yet been captured or killed but according to rebels they are part of a wider force of snipers basing themselves on high buildings in Misurata.

The female fighters are likely to be members of the Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC), which has been fighting Colombia’s government since the 1960s.

Information found on computers belonging to Raul Reyes, a FARC commander killed by Colombian soldiers in 2008, indicated that the guerilla group has long-standing links to Libya.

Investigators found a letter dated September 4 2000 addressed to ‘Comrade Colonel Muammar Gaddafi’, which requested a five-year loan of $100m to buy weapons such as surface-to-air missiles.

Juan Manuel Santos, the Colombian president, said recently that it is « clear … that [FARC] still has connections to Gaddafi. »

In an interview he told the German magazine Der Spiegel that Libya had offered FARC $300m but admitted he did not know if the money had ever been received.

Rebels in Libya claim they have evidence that Col Gaddafi has also received assistance from mercenaries or supporters originating from countries as diverse as Algeria, Belarus and Chad. »

Un mois plus tôt, Hugo Chavez proposait un pathétique plan diplomatique pour permettre à Kadhafi de se sauver, voire de partager la Libye et laisser le dictateur installer sa progéniture au pouvoir pour les générations futures. En tout cas la cause du « front de lutte pour les droits des peuples » évoquée par Ahmadinejad à Cuba le 11 janvier 2012, concerne ici les libyens, ailleurs les syriens. Cette « cause » n’est qu’un écran de fumée supplémentaire. Seuls les fascistes et amis des dictatures peuvent se reconnaitre dans ce village Potemkine.

A Cuba, Ahmadinejad a parlé de « front de lutte pour les droits des peuples ».

Wilmar Villar, un prisonnier politique est mort a Cuba hier, suite à une grève de la faim, en prison à l’isolement;  soit une semaine après la visite d’Ahmadinejad. Il comptait sur une mobilisation des institutions, et de l’opinion publique. Malheureusement cette opinion publique internationale est trop occupée a suivre les pantomines des dictateurs et préfère partager leur propagande sur Agoravox, voltairenet.org ou mondialisation.ca.

Libération ajoute:  » […] Elizardo Sanchez, porte-parole de la Commission cubaine des droits de l’Homme et de la réconciliation nationale (CCDHRN) […] Selon des opposants proches du défunt, de nombreux militants ont été empêchés par les forces de sécurité de se rendre à son enterrement à Contramaestre, sa ville natale, à l’est de l’île. « Nous avons été informés d’un nombre indéterminé d’interpellations d’opposants à Santiago de Cuba et dans les provinces voisines de Guantanamo, Granma et Holguin pour éviter qu’ils assistent aux obsèques », a affirmé à l’AFP M. Sanchez. « Il m’a été impossible de me rendre à l’enterrement, il y a des agents de la sécurité devant ma porte », a indiqué à l’AFP par téléphone le dissident José Daniel Ferrer depuis son domicile de Santiago de Cuba. « Ils ont déjà arrêté plus de 30 opposants pour qu’ils n’aillent pas aux obsèques« , a ajouté ce dirigeant de l’Union patriotique de Cuba, groupe d’opposition au sein duquel militait Wilmar Villar. La Maison Blanche a indiqué que « les pensées et les prières du président (Barack) Obama allaient vers l’épouse, la famille et les proches de Wilmar Villar, un jeune et courageux défenseur des droits de l’Homme et des libertés fondamentales à Cuba ». Auparavant la porte-parole du département d’Etat, Victoria Huland, avait indiqué que « cette mort souligne la nécessité de mieux surveiller internationalement les droits de l’Homme à Cuba ». L’Espagne, qui a accueilli depuis un an plus d’une centaine de prisonniers politiques libérés contre un départ en exil, a exprimé sa « consternation » et demandé à La Havane de « libérer tous les prisonniers politiques ». »

Le 11 janvier à Cuba, « troisième étape d’une tournée latino-américaine dans un contexte de tensions croissantes avec l’Occident autour de son programme atomique, le jour de l’assassinat à Téhéran d’un ingénieur nucléaire » [RTBF via AFP], Ahmadinejad a annoncé ce qui suit:

Nous devons nous tenir éveillés, en alerte, si nous ne préparons pas nous-mêmes le nouvel ordre du monde, ce sont les héritiers des esclavagistes et les capitalistes qui nous imposeront un nouveau système

Le dictateur fait clairement référence au mythe du « Nouvel Ordre Mondial » entretenu par ses millions de supporters étrangers depuis au moins 2005: la date de la conférence d' »Axis for Peace » et de l’élection d’Ahmadinejad. L’AFP ajoute: « […]Mahmoud Ahmadinejad effectue depuis lundi une tournée dans quatre pays latino-américains considérés comme étant hostiles aux Etats-Unis, à la recherche de soutiens. Mahmoud Ahmadinejad est arrivé en provenance du Nicaragua où il a obtenu l’appui du président Daniel Ortega, pour qui « les pays ont le droit de développer l’énergie atomique », après celui de son « frère » vénézuélien, Hugo Chavez. Il devait se rendre jeudi en Equateur, ultime étape de sa tournée régionale. Les tensions autour du Golfe se sont encore accentuées mercredi, après la mort d’un responsable du nucléaire iranien, Mostafa Ahmadi Roshan, tué dans l’explosion d’une bombe magnétique placée par un motard sur sa voiture « .

Cette action terroriste commise par les agents de l’oppression (Etats-Unis, ndlr) et du régime sioniste (Israël, ndlr) vise à empêcher nos scientifiques de servir » leur pays, « mais ils doivent savoir que ceux-ci sont plus déterminés que jamais (…) à avancer sur le chemin du progrès scientifique« , a déclaré le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi.

« […] La Maison Blanche a catégoriquement nié mercredi toute implication américaine dans l’attentat. Lundi, c’est l’Iran qui avait franchi un nouveau cap, en annonçant avoir commencé l’enrichissement d’uranium dans une nouvelle usine, située à 150 km au sud-ouest de Téhéran. Cuba, étape la plus proche des Etats-Unis de la tournée de Mahmoud Ahmadinejad, a défendu le droit pour Téhéran de développer l’énergie atomique à des fins civiles, bien que Fidel Castro ait critiqué en septembre 2010 le dirigeant iranien pour sa rhétorique antisémite. Fidel Castro avait reçu Mahmoud Ahmadinejad en 2006, peu de temps après avoir remis le pouvoir à son frère Raul […] »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :