Skip to content

Le PSNS accusé de subversion et provocation au Liban en 2005.

2011/11/07

Le rattachement du Liban à la Syrie est préconisé par le Parti Syrien National Social ( Rapport 111 de la commission des Lois du Sénat- 1996-1997).

Un article qui évoque une entreprise de provocation et de subversion de la part de militants du PSNS paru dans La Revue du Liban N° 4020 ( 24 Septembre/ 1 Octobre 2005):

Propos et comportement répréhensibles…Photo

Le Parquet a vite réagi et engagé des poursuites contre des provocateurs, se réclamant de deux groupes opérant dans deux domaines distincts et qui, par leurs propos et leur esprit subversifs, ont ravivé des sentiments très peu rassurants, rappelant ceux nocifs et destructeurs de la sale guerre. Mais l’opinion publique libanaise a réagi diffèremment de ce qu’escomptaient les perturbateurs…

Deux conférences de presse – qu’on peut qualifier de “subversives” – ont été tenues, la semaine dernière et ayant suscité, à juste raison, des réactions grandement justifiées, parce qu’elles peuvent saper l’ordre établi et semer les germes d’une sédition dont le pays a intérêt à se passer, surtout dans les circonstances actuelles.

Il s’agit de celle que trois membres du conseil directorial des “Gardiens du cèdre”, ont donnée au siège du mouvement et au cours de laquelle ils ont lancé des slogans antipalestiniens: “Tout Libanais doit tuer un Palestinien” et antiarabes (La Syrie est plus dangereuse pour le Liban qu’Israël…).

La Fédération des ligues chrétiennes a condamné ces slogans, alors que les membres du mouvement ont été interrogés par le juge d’instruction et gardés à vue.

Toujours est-il qu’ils ont à leur décharge une mise au point précisant que “les slogans mentionnés remontent à la guerre, ne correspondent pas aux convictions du parti et n’ont pas figuré dans leur déclaration”.

Les trois responsables dudit mouvement assurent aussi, que ces slogans étaient consignés dans un CD datant du début de la guerre de 1975-90 et renié depuis longtemps. “Je soupçonne des éléments infiltrés d’avoir distribué le CD”, assure leur avocat. Il est donc possible qu’ils aient été “piégés”.

La seconde conférence de presse, encore plus troublante et illogique, a été tenue au siège du “Mouvement du Peuple”, de l’ancien député Najah Wakim, par un groupe de personnes proches du Parti social national syrien (PSNS) et du Baas prosyrien, ayant organisé un “meeting de solidarité avec les assassins de Bachir Gemayel (Habib Chartouni et Nabil Alam). Ces derniers ont été exaltés comme des “héros ayant exécuté une sentence du peuple contre l’homme qui a été le fer de lance de la présence sioniste au Liban”.

Or, l’acte d’accusation publié en 1996, avait réclamé la peine capitale contre Chartouni et Alam, impliqués dans l’assassinat, non seulement du président (élu) de la République, mais de vingt-trois autres personnes, tous des civils ayant péri sous les décombres du siège de la branche Kataëb à Achrafieh, le 14 septembre 1982.

Chartouni avait été incarcéré, alors, à la prison de Roumieh en attendant d’être jugé, mais des membres du PSNS l’avaient libéré le 13 octobre 1990, dans la foulée de l’éviction du général Michel Aoun du palais de Baabda par l’armée syrienne.

Les “Amis de Chartouni et de Alam” ont été arrêtés moins de vingt-quatre heures après leur conférence de presse, qui a provoqué des réactions hostiles de la part d’instances politiques et religieuses, islamiques en tête.

Le Liban ne peut plus tolérer de telles manifestations haineuses et vindicatives, au risque de sombrer dans la subverstion et de perdre son âme…

L’évènement rapporté plus haut s’est produit à peine quelques semaines avant le colloque pour la « paix » dans le monde d’Axis for Peace ( novembre 2005.). Étaient présents à ce colloque_ entre autres désinformateurs populaires _ des cadres du Parti Social National Syrien, du Réseau Voltaire, de la secte politique Larouchiste: Christine Bierre, Helga Zepp-LaRouche et Jacques Cheminade (Larouchistes). Jean Bricmont, Michel Collon, Dieudonné M’Bala M’Bala, Webster G. Tarpley, Silvia Cattori, Annie Lacroix-Riz, Andreas von Bülow, Giulietto Chiesa, Général Leonid IvashovAlain Benajam administrateur du réseau Voltaire et diffuseur de désinformation sur les réseaux sociaux, Thierry Meyssan (président du Réseau Voltaire), le Prince Issa El Ayoubi (Vice-président du Réseau Voltaire et cadre du PSNS), Youssef El Aschkar quatre fois élu chef du PSNS selon la page internet d’Axis for Peace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :